logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/01/2014

Carnet de guerre (9) arrivée au fort

 


C'est la captivité.

Le respect entre jeunes soldats "ennemis" est remarquable.

On peut noter que les allemands savaient décapiter un village par la neutralisation du Maire et du Curé. Le troisième personnage important, l'instituteur, avait dû être mobilisé...

---------------------------------- Suite et fin

 

Carnet 63.JPG


nous faudrait passer la journée du lendemain sans manger davantage. Malgré que le sommeil fusse long à venir je m’endormis après avoir longtemps réfléchi, mais ne m’attendant pas à passer une nuit si terrible, plus terrible on peut dire que les moments les plus périlleux que nous avions vécus le jour de la bataille. La première partie de la nuit fut calme, mais vers minuit un grave évènement qui aurait pu avoir pour nous les suites les plus fâcheuses, nous surprit tous. Tout le monde était plongé dans un sommeil de plomb. Voilà que soudain, de violentes détonations nous réveillèrent en sursaut, des gerbes de feu jaillissaient de l’obscurité, ce qui nous glaçait de terreur. Je ne saurais décrire la panique qui se produisit en ce moment. Etre ainsi réveillés en sursaut d’une façon si effrayante, étant encore endormis à moitié et ne pouvant comprendre ce qui se passait, tout le monde cru que notre dernier moment était arrivé. Les uns tentèrent de fuir, car les portes de l’église étaient grandes ouvertes, mais ils tombèrent sur les baïonnettes des sentinelles qui n’auraient pas raillé ( ?) en la

Carnet 64.JPG


 situation présente ; les autres se bousculaient et piétinaient leurs camarades qui avaient été surpris pendant leur sommeil ; nous vécûmes en ces instants des minutes terribles et angoissantes. Vu la violence des détonations tout le monde eut la même idée. Nous crûmes que les français avaient repris l’avantage et que c’était notre artillerie qui bombardait le village. Instinctivement, chacun s’était abrité la tête avec des chaises afin de se préserver des projectiles, mais on s’attendait à chaque instant à ce que l’église s’écroulat sur nous. Enfin les coups de feu se firent moins nombreux et finirent par cesser, alors je me hasardais à lever la tête. Je vis des allemands effarés, arpentant l’église à grands pas et poussant de véritables hurlements. Les officiers le sabre à une main et le révolver à l’autre étaient particulièrement menaçants. Ils nous disaient de nous coucher et de ne pas bouger, mais comment les comprendre ? Beaucoup d’entre nous qui étaient debout furent mis en joue, mais heureusement on ne leur tira pas dessus. Par bonheur, le capitaine qui avait une très forte voix finit par dominer le tumulte, il nous dit de nous coucher au plus vite et surtout de ne pas

Carnet 65.JPG



 bouger quoi qu’il arrive, celui qui ferait un mouvement serait fusillé sur le champ ; c’est ce qui arriva. Le maire qui voulut tenter de s’évader fut tué de deux coups de révolver. Enfin le vacarme s’apaisa quelque peu, alors le lieutenant allemand donna des détails à notre capitaine qui lui s’empressa de nous transmettre afin de nous rassurer ; voilà ce qui s’était passé. La population belge avait attaqué les sentinelles allemandes qui étaient à l’entrée de l’église ; celles-ci répondirent aux coups de feu de leurs assaillants ; puis, les gardiens que nous avions à l’intérieur virent au fond de la nef par les vitraux, des ombres au dehors qui escaladaient la muraille, ces sentinelles tirèrent également ; ce fut ces coups de feu tirés à l’intérieur qui nous firent croire à l’explosion de quelques obus, car leurs détonations étaient formidable. Le capitaine ajouta que n’ayant rien fait il ne nous serait fait aucun mal, par conséquent nous n’avions plus rien à craindre, mais les autres civils qui étaient prisonniers devaient être exécutés le lendemain matin pour

Carnet 66.JPG


 donner l’exemple et aussitôt que le maire fut tué, ils allèrent chercher le curé comme otage afin que la population ne recommençât pas. Lorsque l’ordre fut complètement rétabli, les allemands nous firent signe que nous pouvions nous relever et nous assoir. Le reste de la nuit fut tranquille, mais nous restâmes émotionnés jusqu’au jour, des choses semblables sont bien pour agir sur l’esprit ( ?). Le matin de cette deuxième journée on nous donna un autre quart de café, puis une soupe vers midi, enfin on nous distribua un peu de pain noir. Vers trois heures on nous distribua une autre portion de pain, mais nous devions la conserver car c’était pour le voyage. Le soir nous quittâmes Ochamps et cette église où nous avions passé des moments si pénibles. Nous avions 6 km pour aller jusqu’à Libramont où nous devions nous embarquer pour l’ Allemagne, nous y arrivâmes à la tombée du jour. On ne nous embarqua pas sitôt arrivés, car le train n’était pas prêt. Les gardiens qui nous avaient conduits rentrèrent le soir même à Ochamps pour aller y rejoindre la ligne de feu. Nous au –

Carnet 67.JPG


 -rions préféré qu’ils nous accompagnent jusqu’en Allemagne car depuis deux jours que nous les avions, pas un ne nous avait brutalisé, c’était des soldats raisonnables. Avant de partir, comme ils mangèrent un peu, ils partagèrent leur pain avec nous et nous tendirent la main en nous quittant. Enfin dans la nuit, on reçut l’ordre de nous embarquer, nous étions une soixantaine dans le même wagon, aussi il nous était presque impossible de faire un mouvement ; peu de temps après le train nous embarquait vers des contrées inconnues nous ignorions dans quelle (illis) se trouvait la forteresse où on devait nous enfermer. Le voyage fut plutôt monotone. De temps à autre dans les gares on nous ouvrait les portières, alors on nous faisait passer quelques provisions, quelques quarts de café, de petits morceaux de pain sur lesquels on se jetait tel une troupe de lions affamés et que l’on dévorait avec la même voracité. Par deux fois on nous fit descendre et nous prîmes un petit repas, dans une grande gare également la croix rouge

Carnet 68.JPG


 nous distribua à chacun une saucisse fumée. Nous restâmes ainsi dans le train deux jours et trois nuits. Lorsque le train s’arrêta vers deux heures de la nuit, on nous appris que nous étions arrivés. Tout le monde était satisfait, car le train nous avait affaiblis davantage, aussi lorsque nous descendîmes (on nous fit attendre jusqu’au jour pour cela) nos forces étaient bien petites. Là on nous apprit que la ville où nous étions descendus s’appelait Ingolstadt, mais nous ne restions pas là, la forteresse où nous devions être enfermés se trouvait à 10 kilomètres. La route fut très pénible pour nous, nous avion faim, la chaleur était très forte ; de plus nous étions très affaiblis ; après deux heures et demie de fatigue nous arrivâmes au fort Prinzt Carl où devait avoir lieu notre détention ; c’était le jeudi 27 août. Là nous devions y vivre de longs jours d’ennui et de tristesse ; ignorant complètement ce qui se passait à la frontière et souffrant de faim. Nous avions une petite portion, mais ce qui nous manquait surtout c’était le pain, un petit quart pour toute une journée, juste de quoi nous maintenir la vie. De plus ce qui était loin de nous ( illis) c’est que nous ignorions combien de temps durerait notre captivité.

-----------------------------------------

Et moi aussi...

Je ne sais s'il y a eu d'autres carnets, écrits puis égarés.

Mon grand-père n'a jamais parlé de sa guerre et je ne sais donc comment il a pu être libéré.

Je sais qu'en 1916, il était de nouveau au front, en qualité de brancardier pour ramasser les blessés et les morts sur le champ de bataille. C'est là qu'il respira des gaz qui détruisirent ses poumons peu à peu. Il mourut à 72 ans par asphyxie, les broncho-dilatateurs et la cortisone n'étant pas des produits de prescription courante comme de nos jours.

Les dessins ci-dessous ont été faits durant sa captivité, en fin de carnet...

Carnet annexe 1.JPG

Carnet annexe 2.JPG

 

 

Carnet annexe 3.JPG

Cette publication, au delà des sentiments profonds que j'ai vis à vis de mon grand-père, est un hommage à tous ces jeunes gens qui il y a un siècle, ont sacrifié leur vie pour une cause qui leur semblait noble.

Nous ne devons pas les oublier.

Commentaires

Le carnet de ton grand-père témoigne d'un fait de prisonniers de guerre, des poilus partis en Allemagne ce que je ne savais pas. J'ai appris... Le papa de ma maman a été gazé aussi. Bon dimanche et bizoux !

Écrit par : françoise la comtoise | 05/01/2014

Tu nous as offert ces feuillets avec toute la délicatesse d'un petit fils aimant et respectueux et le temps a paru bien court au lecteur que je suis.

J'ai lu parce que tu m'as donné envie d'en savoir plus, que les prisonniers de "la Première" écrivaient ainsi, beaucoup, au jour le jour et que ces écrits devaient être cachés sous peine de graves soucis.
Cette façon d'écrire nous rend très proches évidemment de l'auteur et de son ressenti.

Merci à toi pour ces moments très privilégiés et Bravo à ce Grand-Père cher à ton coeur pour sa plume et son beau coup de crayon si précis.

Bises

Écrit par : Monique C | 06/01/2014

Un carnet précieux que tu nous as fait partager ! un merveilleux hommage dans le respect et l'amour d'un grand père dont tu peux être fier.
J'ai lu en silence, j'ai ressenti de l'émotion, au delà il y a le courage, la peur. Merci à tous ceux qui se sont battus pour nous ! Sachons respecter leur mémoire à jamais.
bises amicales de deux bourguignons

Écrit par : bcommebleu | 06/01/2014

Mercià toi d'avoir fait ce geste qui nous a fait un peu plus et surtout un peu mieux découvrir l'horreur des cette guerre
je suis admirative devant cet homme qui a écrit pour que jamais on ne les oublie
Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 08/01/2014

J'ai fini de lire les carnets de guerre que ton grand'père a écrit. Je les ai parcourus avec beaucoup d'émotion. Toutes les guerres laissent des séquelles, socio-psychologiques, économiques et environnementales. Celle-ci fut particulièrement atroce avec ses gaz de combat et la vie dans les tranchées. Mais toute guerre est atroce et ne devrait plus exister sur la terre. Hélas.......
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 12/01/2014

C'est avec émotion que je referme les carnets de ton grand père. Il relate admirablement bien l'estime qu'avaient les combattants entre eux, alors que les civils n'en bénéficient pas autant.

Merci pour cette offrande, que j'ai particulièrement appréciée. Je t'ai déjà dit qu'un de mes oncles avait été gazé lui aussi pendant la guerre. Je l'ai peu connu et il n'a parlé que une ou deux fois de sa guerre. J'avais alors une dizaine d'années et cela m'est passé au dessus de la tête, bien que j'ai des souvenirs précis des souffrances des chevaux éventrés marchant sur leurs boyaux. Plus que celles des hommes. Les enfants sont plus sensibles aux animaux qu'aux humains.

Amitiés

Christian

Écrit par : Christian | 13/01/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique