logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/11/2013

Carnets de guerre (1)

Comme beaucoup d'autres jeunes hommes du même âge, mon pépé a fait la guerre, la vraie, celle qui a fait tant de morts. Il y est parti à 21 ans en 1914, en est revenu à 25 avec les poumons détruits par les gaz, mais sûrement heureux d'avoir survécu à la grande boucherie.

Mon pépé était un paysan, instruit et cultivé, chez qui les lectures des grands romans épiques d'auteurs comme Dumas, Hugo, Zola ont laissé des traces dans sa propre écriture.

Prisonnier en 1914, il a écrit son quotidien sur des carnets qui ont été préservés. Il y a quelques années, j'ai scanné toutes les pages de ces notes écrites au graphite et les ai transcrites, telles quelles, y compris avec les -rares- fautes qui les émaillaient, pour une meilleure lisibilité.

Ce sont ces documents que je donne à la lecture. Les carnets comprenant plus de quatre-vingts pages, je publierai celles-ci de temps en temps.

Je dois dire que chaque fois que je relis ces textes, une grande émotion m'étreint.

                                 --------------------------

Commençons maintenant par la présentation:


                        Pierre (dit Gaston) LAFITTE

                            Né le 24 avril 1893
                            Décédé le 15 octobre 1965
                     

                          

        CARNETS DE GUERRE




DEVELOPPEMENT

Après une fiévreuse attente qui tint toute l’Europe en émoi pendant plus d’une semaine, les gouvernements de Berlin, Paris, St Pétersbourg et Londres ne pensent arriver à une détente favorable. Malgré les efforts que firent la France et l’Angleterre pour maintenir la paix, la situation s’était aggravée, aussi la mobilisation générale fut déclarée le 2 août vers six heures du soir. Le lendemain, nous quittâmes la caserne pour aller occuper les locaux qui nous étaient destinés en pareil cas qui étaient l’école libre avenue Gambetta. Là, nous y restâmes jusqu’à ce que nos réserves fussent arrivées. Leurs rentrées se termina le 4 au soir. Ce fut le 4 également que la déclaration de guerre, faite par l’Allemagne parvint au gouvernement français ; donc il n’y avait plus de doute, jusqu’au dernier moment on avait espéré à une médiation toujours possible mais cette fois c’était bien l’irréparable. Dans                                                  

l’ après-midi de cette même journée les préparatifs furent de plus en plus activés. La réquisition des chevaux était à peu près terminée. Dans les campagnes, on ne peut se faire une idée de ce qu’est une mobilisation dans une grande ville. A Montauban qui cependant n’est pas une ville des plus importantes, il était bien difficile en certains quartiers, à parvenir à se faire un passage au travers d’une foule avide de nouvelles. Le 5 août, jour de départ pour la frontière, le peu de choses qui restaient à faire, furent terminées dans la matinée. Nous touchâmes les vivres de réserves qu’on ne devait entamer sans ordres et qu’au dernier moment : ces vivres comprenaient six biscuits de guerre, une boite de conserve, un paquet de café et de potage salé, puis on nous distribua les cartouches, chaque homme en reçu 12 paquets de huit. Vers 11 heures la compagnie fut rassem –


- blée dans la cour de l’école. Une fois l’appel fait le capitaine prit la parole. Après quelques mots prononcés avec chaleur, il termina en nous demandant d’avoir du cœur, mais ce n’était pas ce qui devait nous manquer, car le moral des troupes était on ne peut plus excellent. Enfin, on quitta les locaux que nous occupions depuis deux jours pour aller à la remise du drapeau. Dire la foule qui nous y attendait serait impossible. La cérémonie terminée on n’entendit qu’un immense hourra !  poussé par un public enthousiaste. Un civil qui refusa de se décoiffer en passant devant le drapeau fut sifflé par la foule, empoigné par deux gendarmes et conduit au violon. Ensuite on se dirigea vers le lieu ou nous devions être embarqués. De chaque côté de la route des encouragements nous parvenaient. On les entendait avec grand plaisir mais ils étaient bien superflus, car nous étions
                     

Commentaires

Coucou Serge !
Nos pépé pioupious nous ont laissés des écrits à toi et à moi, j'ai commencé à faire des notes sur le grand-père de mon mari, c'est le mien aussi en fait. Ton grand-père écrivais bien l'ambiance de la folie du départ des pioupious qui croyaient que cela n'allait pas durer. J'attends la suite. Bizoux et bonne soirée !
http://lacousinadeaymonier.blog50.com/gaston_le_pioupiou/

Écrit par : françoise la comtoise | 18/11/2013

Encore moi !
http://lacousinadeaymonier.blog50.com/archives/category/gaston_le_pioupiou/index-4.html
Je te donne le lien depuis le début du pioupiou....

Écrit par : françoise la comtoise | 18/11/2013

Je suis allé voir...Tu as là des trésors, et tant mieux, la mémoire peut être ainsi conservée.
Bises

Écrit par : Serge | 18/11/2013

J'ai lu que des archives nationales (je sais plus lesquelles) se chargeaient justement de récolter ce genre de témoignages pour la postérité.
Tu devrais peut être leur envoyer ?

Écrit par : ivan | 18/11/2013

J'ai entendu ça aussi... et même qu'ils arrivaient à saturation au niveau de la collecte!
Seconde campagne prévue en 2014. Le problème, c'est que je n'arrive pas à trouver quel est cet organisme...?...Si quelqu'un sait...?...

Écrit par : Serge | 18/11/2013

Coucou du matin !
Pareil je voulais le donner aux archives mais Besançon ne le fait pas. Au fait je ne sais pas comment faire pour Gaston le pioupiou. Tu as scanné ou recopier les témoignages de ton grand-père et as-tu mit sur papier et comment ? que de questions, je pensais style petit livre.
Bon mardi et bizoux et bon mardi !

Voici un lien pour la collecte:
http://centenaire.org/fr/les-lieux-de-collecte

Écrit par : françoise la comtoise | 19/11/2013

Merci pour l'adresse du site.
Pour le reste, je te répondrai sur ta messagerie.
Bises

Écrit par : Serge | 19/11/2013

Une très belle initiative ta publication, on oublie trop facilement cette guerre si destructrice et la manoère de vivre pour ces pauvezs soldats, souvent jeunes qu'on envoyait sous la mitraille , et qu'on appelait HEROS...quand ils se faisaient tuer. Merci pour ce témoignage.

Bises
Hélène

Écrit par : hélène | 19/11/2013

Merci Hélène pour tes fidèles visites.
Garder une mémoire fidèle de l'horreur permettra peut-être qu'elle ne se renouvelle pas...?...
Bises amie

Écrit par : Serge | 19/11/2013

Témoignage très précieux, en plus de la part affective, et qui n'est pas donné à tout le monde. On aimerait tous certainement posséder ainsi des écrits de nos parents, même en-dehors de cette période si difficile.

Je me souviens d'Anne-Marie, une blogueuse, qui nous conseillait fortement d'écrire au moins pour nos proches.

Merci à toi de nous transmettre cela qui nous relie tous à une partie de notre Histoire.

Bises

Écrit par : Monique C | 19/11/2013

Ecrire, pour tous les autres ou pour ses proches, permet de laisser une trace de son passage. Vois mon grand-père comme il reste présent. Presque cinquante ans après sa mort, je me souviens encore de sa voix quand je lis ses textes.
Je vais continuer la publication par tranches de cinq ou six pages.
Bises Monique

Écrit par : Serge | 19/11/2013

La grande collecte d'archives se terminerait (déjà... !) le 16 novembre 2013. C'est-à-dire qu'il serait trop tard ?...
Merci de nous faire partager les souvenirs de cet autre... Gaston.

Bonne soirée, amicalement,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 19/11/2013

Moi ce que j'admire chez les anciens c'est qu'ils allaient peu à l'école et qu'ils faisaient pour la plupart pas ou peu de fautes d'orthographe ,mon père en faisait très peu et j'en fais sans doute plus que lui.
Lui aussi a écrit ses mémoires.
Pour la moto sur ma note ,je te fais confiance tu va la réparer sans problème.

Écrit par : heraime | 20/11/2013

Le travail de mémoire de nos anciens est important.
Ces guerres cruelles font peur, il ne faut pas oublier.....
bises très amicales

Écrit par : Bcommebleu | 24/11/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique