logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/10/2012

MEA CULPA

Je viens d’acquérir chez un bouquiniste un exemplaire original de « MEAMea culpa.jpg CULPA », premier pamphlet de Louis Ferdinand CELINE publié en 1936, le seul autorisé actuellement à la réédition, la veuve (toujours en vie… ) de Céline s’étant opposée à la réédition des  trois autres (« Bagatelles pour un massacre », » L’école des cadavres » et « Les beaux draps ») sulfureux pamphlets antisémites (que beaucoup critiquent mais que peu ont lu...).
Mea Culpa ne traite que d'un seul sujet, le communisme, et ne contient aucune trace d'antisémitisme. En des termes qui lui sont propres, dans son style où tout son génie s’exprime, Céline s’élève contre le stalinisme, les ambitions soviétiques de métamorphoser l'humain.


Mais là n’est pas mon propos : A la suite de ce pamphlet de 27 pages fut publié thèse.jpg« La vie et l’œuvre de SEMMELWEIS » Chirurgien hongrois à qui Céline vouait une admiration sans borne, et à qui il a d’ailleurs consacré sa thèse de Doctorat en médecine en 1924.

semm.jpgÉtudiant hongrois, SEMMELWEIS quitta Budapest pour apprendre la médecine à Vienne où il eut des maîtres prestigieux. Nommé maître en chirurgie en 1846, il devint professeur assistant de Klin, qui régnait sur une grande maternité de la ville de Vienne. Céline décrit avec brio, dans un style inimitable, la "danse macabre" de la fièvre puerpérale dans les maternités de la capitale autrichienne. Cette véritable hécatombe fauchait un pourcentage effrayant de jeunes femmes atteintes par cette fièvre des accouchées.

Semmelweis, avec perspicacité, mit au jour pour la première fois le rôle de la transmission manuportée du "processus pathogène". Les étudiants en médecine qui venaient examiner les femmes en travail après avoir disséqué des cadavres, sans s'être lavé les mains, furent désignés comme responsables. Il constata que les femmes examinées par les élèves sages-femmes, qui n'avaient pas accès à la salle d'anatomie, étaient beaucoup moins souvent atteintes par la fièvre puerpérale. Il nota également que les femmes qui accouchaient dans la rue, de peur de mourir à l'hôpital, étaient épargnées par la maladie.

Semmelweis, déterminé, engagea le combat pour que les étudiants et les médecins accoucheurs se lavent les mains avec une solution de chlorure de chaux avant d'examiner les patientes. Il eut immédiatement des résultats spectaculaires sur la mortalité, mais se heurta violemment au mandarinat obscurantiste des maîtres de l'obstétrique viennoise et subit toutes les vexations, y compris le sabotage de sa méthode.

semm2.jpg



Semmelweis était un être passionné et caractériel, persuadé de détenir la vérité. Il campa sur ses positions, seul contre tous, et sombra peu à peu dans la folie, finissant par se blesser volontairement lors d'une dissection. Il mourut, délirant, de "pourriture hospitalière" dans un asile d'aliénés ! Ce combat du précurseur de l'antisepsie, cette triste histoire humaine sont brossés de manière inimitable par Louis-Ferdinand Céline.

                                     ---------------------------------------------

     Une partie de ce texte ( puisque c'était bien écrite et qu' il n'y avait rien à rajouter...) a été empruntée à la revue médicale "Le Concours Médical", article publié en 1999)



Commentaires

Où vas-tu chercher tout ça ? Je peux te poser la même question (que celle que tu me poses souvent sur mon blog...) !
Je n'ai jamais lu "du Céline", à peine avait-on effleurer le sujet en terminale, alors que nous étudions les auteurs "modernes" (pour mon époque..." je vous parle d'un temps"...).
Pour moi, dans mon esprit, il est (malheureusement) associé à Claude Autant-Lara, sujets tabous, quels que fussent leurs talents... !
Peut-être est-ce dû au fait que ma mère eut un frère déporté, pendant le dernière guerre, et dont elle m'avait parlé ?
Drôle de mélange, me diras-tu ! Mais c'est ainsi...

Quant aux sujets de mes notes, se rapportant à des "vieux machins", l'écoute des radios pirates, dans les années soixante y est pour quelque chose. J'en ai retenu beaucoup d'informations sur des interprètes et chansons que les "masses populaires" ignorent ou s'obligent à ignorer. Il n'y avait pas que les Beatles, les Stones et autres Who (j'en passe et des meilleurs, comme l'on dit familièrement) dans ces années-là, mais toute une effervescence et des créations "diverses et variées".
Une richesse que les décennies postérieures ne connaîtront plus jamais.

Bonne soirée, amicalement,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 07/10/2012

Je comprends bien sûr qu'on puisse ne pas aimer Céline, l'homme. Moi j'aime Céline l'écrivain. Quand on l'a lu une fois, il est difficile de ne pas y revenir (mais je parle pour moi...)
En ce qui concerne les chanteurs et chanteuses de notre époque, j'avoue honteusement que ma mémoire me joue des tours et que je n'en retiens que les plus grands...

Écrit par : Serge ® | 07/10/2012

j'apprécie la révolution de l'écriture que l'on doit à Céline, j'aime le lire à haute voix, "Le Voyage au bout de la nuit " "D'un château l'autre "..., mais je ne connaissais pas "Mea Culpa " je vais lire illico

ce personnage novateur en matière d'hygiène et d’antisepsie, sûrement passionnant

merci pour la découverte

Écrit par : fanfan du fatras | 08/10/2012

Merci Fanfan pour ta visite "littéraire"
Honnêtement, la vie de Sommelweis est plus intéressante à lire que Mea Culpa...

Écrit par : Serge ® | 08/10/2012

S'il est une chose que j'aime c'est bien qu'on me rappelle la richesse de certains auteurs et s'il est vrai que j'avais un petit peu oublié cet étonnant "Voyage au bout de la nuit" - étonnant par son style et cette capacité artistique à visser et dévisser les petits crimes intérieurs - je te suis parfaitement reconnaissante de m'avoir fait penser à le relire.

Je comprends le plaisir que tu peux avoir à ton acquisition. J'aimerais bien lire d'autres livres de lui, notamment ceux qui font polémique parce qu'il a une pensée si humaine qu'il éveille forcément la curiosité... quand on le lit.

Je lis également qu'il a consacré sa thèse de doctorat de médecine au génie de ce chirurgien-obstétricien hongrois Semmelweis - dont je n'avais jamais entendu parler et pour lequel je te remercie vivement d'avoir éveillé ma curiosité - Semmelweis qu'il considérait comme une victime de la bêtise de son temps.

Si cela n'est pas une grande preuve de son humanité !!!

Semmelweis ou le destin tragique d'un éclaireur d'humanité.

Merci à toi pour cette belle note Serge. Bonne journée et bises.

Écrit par : Monique C | 08/10/2012

Tu n'as aucun mérite à aimer cette note: tu aimes Céline..;
Bises Monique

Écrit par : Serge ® | 08/10/2012

En fait de Céline, je ne connais que celle d'Hugues Aufrey, davantage à ma portée!Mais hélas ça ne doit pas être aussi " riche". Bonne journée. Monique Ruiz

Écrit par : Monique Ruiz | 08/10/2012

Il y a aussi Céline la nièce de mon voisin, moins à ma portée mais riche pour la chair à défaut de l'être pour l'esprit.
Bises Monique R

Écrit par : Serge ® | 08/10/2012

Je me permets d'ajouter à ma tirade cette citation qui me semble assez appropriée à ce sentiment d'injustice et de bêtise que subissent certaines personnes :

« L'envie que les pauvres éprouvent à l'égard des riches est une plaisanterie en comparaison de la haine des imbéciles à l'égard des gens capables de penser. »
de Jan Greshoff

Ce n'est pas que je pense que quoi que ce soit puisse être changé mais c'est comme pour la musique, on préfèrera toujours écouter davantage celle qu'on aime, non ?

Re

Écrit par : Monique C | 08/10/2012

Si je peux me permettre, je dirai: pour imbécile, soit! Mais le mot "haine", je le trouve là, et surtout de nos jours, employé avec beaucoup de légèreté.
Pour moi,en tous cas, ce mot ne fait pas parti de mon vocabulaire ( même si celui-ci est très limité) et encore moins de ma façon d'être. Mais ce n'est qu'un avis suite à une citation. Bonne journée. Monique Ruiz

Écrit par : Monique Ruiz | 09/10/2012

Artémise en ses voiles drapée
soustrait à tous les hommes
la pensée de la pomme
qu'elle vient de manger

Ah Artémise !

Puisqu'on dit "jamais deux sans trois", il m'a semblé nécessaire de revenir à nouveau sur ce sujet du Mea Culpa que j'ai essayé d'exprimer ici le plus gracieusement qu'il me fût possible.


Re-Bonne journée à tous

Écrit par : Monique C | 09/10/2012

Bonjour,
étonnant...que de passage sur blog50 et allant jusqu'à chez vous, que le sujet soit Céline et autres, heureuse alors...
j'ai lu Céline Louis-Ferdinand assez tardivement, en m'attaquant à "Voyage au bout de la nuit" suite à ma curiosité puis attachement pour Fabrice Luchini, qui le sait, je crois presque par coeur, du moins il peut en citer des phrases entières, je suis allé le voir sur scène seul là, à nous le lire et lire d'autres auteurs, magnifique, moi qui lisait et lis encore beaucoup, ... alors lui a su du moins pour moi, chez moi, me transmettre la force de lire Céline et le voyage au bout de la nuit, je dit force car il en faut, ou courage...j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois, j'abandonnais, mais aujourd'hui je puis dire que j'ai lu ce livre et d'autres de lui, et bien des documentaires sur l'homme de son vrai nom DESTOUCHES Louis-Ferdinand. Car pour comprendre un auteur, ou un réalisateur, un peintre...(ou femmes) il faut connaître leurs vies et parcours, Dali, Picasso....pour moi je ne puis faire autrement. Ensuite me vient une soif de fouiner sur le net, et de savoir encore plus, pour ceux qui arriveraient encore a se le procurer il y a eu un Hors-série le N°7, chez LIRE, "Céline les derniers secrets", édition fondé par Bernard Pivot, tel 01 75 55 10 00 là après cette lecture vous saurez tout de l'homme de sa naissance à sa mort, les questions et les réponses, des témoignages, beaucoup de photos.
petite bibliographie Célinienne pour ceux qui cherchent et ne trouvent pas :
la totalité des romans de Céline ainsi qu'Entretiens avec le professeur Y sont disponibles en Folio ou à la Pléiade (4 volumes sous la direction d'Henri Godard) la collection l'Imaginaire propose des curiosités comme Semmelweis (la thèse en médecine de Céline) ou ses Ballets sans musique, sans personne, sans rien.

Pour une approche de sa correspondance Les Cahiers de la NRF (Gallimard) ont édité les passionnantes Lettres à Marie Canavaggia (1936-1960) Lire également dans la même collection Lettres à Albert Paraz et Lettres à des amies.
Le dessinateur Jacques Tardi a admirablement illustré Voyages au bout de la nuit, Mort à crédit et Casse-pipe, réédités récemment par Futuropolis-Gallimard, excellente porte d'entrée dans l'univers célinien.
Trois biographies de François Gibault, une de Emile Brami, une par Frédéric Vitoux chez Folio, une par Pascal Fouché chez Découvert Gallimard.
il y a un DVD Céline vivant, Editions Montparnasse ce doube DVD reprend les 3 interviews historiques de Céline à la télévision française, c'est un pur régal.
Autres, Céline derniers clichés IMEC, andré Derval et l'IMEC ont réuni en un volume les célèbres photos de Duverger Pierre prises à Meudon à la fin des années 1950, plus les clichés pris le matin du jour de la mort de Céline.
autre : Contre Céline par Jean Pierre Martin (José Corti) dernier avatar d'un genre florissant, pamphlet anticélinien, une analyse construite et argumentée de la face sombre de l'auteur de "Bagatelles pour un massacre".
autre : www.biblioceline.com un outil exceptionnel qui reprend la monumentale "bibliographie des écrits de Louis Ferdinand Céline de Jean Pierre Dauphin depuis longtemps introuvable, on y trouve recensé avec un soin maniaque tout ce que Céline a publié et tout ce qui a été écrit sur lui, une mine inépuisable.
Belle journée
Catherine

Écrit par : LADY CATHERINE | 11/10/2012

Merci Catherine pour votre visite et votre com. Nous avions eu déjà l'occasion d'échanger sur Céline mais toutes les références que vous me donnez aujourd'hui vont me permettre d'enrichir mes connaissances sur ce génie.
Savez-vous que sa veuve Mme Lucette Almanzor, vit encore dans leur pavillon de Meudon ?
J'ai les pamphlets en livres numériques. S'ils vous intéressent, il suffit de me faire un petit coucou et je vous les envoie.
Bises bien amicales

Écrit par : Serge ® | 11/10/2012

Qu'appellez vous "livres numériques" exactement? une fois expliqués, oui pourquoi pas...
oui je le savais pour sa veuve, bien qu'elle doit être bien âgée maintenant, pourquoi l'appellez vous Mme Lucette Almanzor, pour moi elle est Lucette Destouches? à moins qu'ils ne soient pas mariés? elle de son nom de jeune fille en effet Lucette Almanzor danseuse avec laquelle il vivra du milieu des années 1930 à sa mort, par contre il s'embourgeoise en 1919 en se mariant avec Edith Follet, fille du doyen de la faculté de médecine de Rennes. Ils auront une fille Colette née en 1920, comme à chaque fois à la première occasion, il va fuir, cette embougeoisement, laissant sa femme Edith désemparée, beaucoup plus tard, elle avait renoué des relations amicales avec Céline -et Lucette - à la fin de sa vie.
En PLEIADE de son vivant à six moi près.
Entrer dans la Pléiade n'est rien. Mais y entrer de son vivant, voilà la consécration suprême... même s'il méprisait les honneurs, Céline l'avait bien compris, a la fin des années 1950, seule une poignée d'écrivains avaient eu droit à ce rare privilège : André Gide, Paul Claudel, André Malraux et Henry de Montherlant (depuis, Saint-John Perse, Julien Green, Marguerite Yourcenar, René Char, Eugène Ionesco, Julien Gracq, Nathalie Sarraute et Claude Lévi-Strauss ont eu droit à cet honneur... )
Ce sont surtout ces deux derniers noms qui excitent la jalousie de Céline, Malraux et Montherlant, y aient accédé et pas lui ne laissait pas de l'exaspérer. Cette "injustice" va finalement être réparée en 1959, le 2 juin de cette année-là, Céline signe avec Galimmard un contrat prévoyant l'entrée de Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, l'auteur touchera 4% du prix de vente et aura droit à 5 exemplaires gratuits
"evidemment 4p100 c'est se foutre des muses...les auteurs de la Pléiade ne vont pas se plaindre, ils sont tous morts...sauf 2 ou 3, bougonne-t-il" Galimard heureux dira : je suis ravi pour tous ceux que celà va embêter
Avec son sens de la prémonition habituel Céline se décrit comme un "pléiadeux semi-vivant" il s'éteint en juillet 1961, il n'aura jamais eu "son" Pléiade entre les mains, le volume sort en février 1962.
Faut il rééditer les pamphlets?
Ce n'est pas le gouvernement français, comme souvent on le croit, mais L F Céline lui-même qui a interdit la réédition de ses trois sulfureux pamphlets antisémites.
Pourquoi les a -t-il écrits? Quand l'antisémitisme célinien est-il né?
A l'heure où ses textes sont intégralement sur Internet ne convient-il pas de les rééditer?
Bagatelles pour un massacre
L'école des cadavres
Les beaux draps
c'est ces écrits que vous désirez m'envoyer?
à vous lire
Catherine

Catherine

Écrit par : LADY CATHERINE | 12/10/2012

Et oui, ce sont ces trois là...
Je vous les envoie sur votre boite mail.

Amitiés

Écrit par : Serge ® | 12/10/2012

Je ne suis pas une grande lectrice de Céline,j'ai lu D'un château l'autre, bien que parfois il est dit que les précédents étaient plus intéressants. Ce livre m'avait pourtant captivé car Céline y retrace les derniers jours de vichy.
C'est tout ce que j'ai lu de Céline, je ne suis pas une grande littéraire.
et mes lectures d'aujourd'hui le prouvent. J'en tairai donc les auteurs.
bisous d'une médiocre lectrice
Christiane

Écrit par : Christiane | 12/10/2012

Christiane, Il n'y a pas de médiocre lectrice, ou lecteur, même ceux qui lisent des bandes dessinées, dont moi, sont des personnes qui ouvrent des livres, vous dites communiquer à votre petite fille en lui lisant, c'est une très belle chose, avant que les livres ne disparaissent... pour ceux qui ont des difficultés à lire les grands auteurs, ou tous les autres, il y a les versions parlées, nous en avons achetées à la mère de mon conjoint qui elle ne peut plus lire à cause de sa vue, çà se fait doucement, au rytme de la personne, c'est bien.
Merci Serge j'ai bien reçu merci beaucoup pour ce geste amical
Belle journée
Catherine

Écrit par : LADY CATHERINE | 12/10/2012

si le méa culpa j'ai peur d'une cystite ;fait gaffe.Salut Serge

Écrit par : heraime | 12/10/2012

Héraime, allons, c'est pas urinaire, c'est latinaire !

Amitiés

Écrit par : Serge ® | 12/10/2012

Quand on pense antisepsie, on pense tout de suite à Lister, puis Pasteur, mais tu as cent fois raison,, si les idées de ces deux chercheurs ont pu se répandre, c'est que Semmelweis avait préparé les esprits.

Il est souvent difficile d'être un précurseur, et toute nouveauté est d'abord combattue par les vieux pontifes en place.

Quand à Céline, nous ne partageons par exactement le même enthousiasme.

Christian

Écrit par : Christian | 12/10/2012

Bonsoir Serge,
Je n'ai pas pour principe d'étaler mes connaissances ( bien faibles au demeurant) mais la vie de SEMMELWEIS,je connaissais et j'ai été toujours admirative du combat qu'il a mené pour parvenir à ce que cette antisepsie qui est pratiquée de nos jours dabs les hopitaux etc

Mais les gran,ds ont soubvent des obstacles pour mettre en lulière leur découverte.Ne crois tu pas que Pasteur a pris un risuqe " fou" en créant le vaccin contere la rage?

Enfin ,s'il existe un exemplaire de mea cilpa je vais essayer de le procirer mais je demande si, voulantr entreprendre la lacture de Céline, c'est pas ce livre là que je douis cvommencer.

Bises
Betty

Écrit par : betty | 13/10/2012

Betty, j'ai compris...
Et tu as ta réponse par Catherine. Mea culpa (27 pages) est suivi de semmelweis, partie pour moi bien plus intéressant. Ouvrage difficile à trouver...
Quant à l'ordre de lecture de Céline, "Voyage" a été écrit 4 ans avant "mort à crédit" et sans vouloir contrarier Catherine, je crois qu'il faut lire dans le chrono de l'époque, comme les lecteurs des années trente. Je trouve "mort à crédit" moins "accessible" pour un premier ouvrage...
Bises

Écrit par : Serge ® | 13/10/2012

C'est de la folie,Serge!J'ai oublié de corriger les fautes dans mon comentaire qui est parti pus vite que mes idées!

Il faudra peut être que je l'écrive un seconfe fois à moins que ne le décryptes.

Rebises

Écrit par : betty | 13/10/2012

commentaire,avec 2 m!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : betty | 13/10/2012

Puis je Serge ? mes pensées ne sont pas les meilleures, juste que nos pensées à tous peuvent être mises bout à bout, et aider, soutenir, ou juste être lues.
A Betty, si vous désirez vous acclimater avec son style si particulier je vous conseille "Casse pipe" un petit roman d'environ 100 pages dans lequel Céline raconte son service militaire, car le nombre de pages (+de 600) peut effrayer avec Voyage au bout de la nuit. Si vous désirez suivre une certaine logique, il faudrait lire en premier Mort à crédit dans lequel il passe son enfance au crible, ensuite continuer avec l'histoire de Bardamu dans Voyage au bout de la nuit. Moi j'ai fait l'inverse en lisant en premier Voyage au bout de la nuit, puis en 2e Mort à crédit, puis d'autres et lire et relire...
Mais il est également important de lire des livres objectifs sur la vie de cet écrivain qui durant toute son existence a déchaîné les passions (actuellement encore)
mais à lire d'autres avis. Pensées amicales à tous.
Catherine

Écrit par : LADY CATHERINE | 13/10/2012

Merci Catherine pour ces précisions.
Vous verrez que je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous (réponse à Betty) mais ce n'est pas grave !
Amitiés

Écrit par : Serge ® | 13/10/2012

Pensées

Écrit par : LADY CATHERINE | 14/10/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique