logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/05/2012

Des hommes...

Deux phrases qui, pendant ces jours de campagne, ont trotté dans ma tête:

 

cel.jpg

 

 

 

"Quand la haine des hommes ne comporte aucun risque, leur bêtise est vite convaincue, les motifs viennent tout seuls" (Louis Ferdinand CELINE. "Voyage au bout de la nuit".)

 

 

 

 

 

mont.jpg

 

 

 

" La corruption du siècle se fait par la corruption particulière de chacun d'entre nous" (Michel Eyquem de MONTAIGNE)

 

 

 

 

 

(Photos volées sur internet)

Commentaires

Bonjour, j'ai cru lire comme titre : deux hommes, j'ai pensé que vous alliez parler des deux qui font l'actualité, et puis, si un peu finalement, je regrette là encore que vous ne vous prononciez pas ou que vous ne développiez un peu, du moins autour de vos phrases, ces deux hommes ne sont pourtant pas des mêmes époques, mais les hommes restent les mêmes, Montaigne, Renaissance vers 15.. , a étudié l'humain à travers lui,
- " le bien public requiert qu'on trahisse et qu'on mente et qu'on massacre" (Essais)
- " les soldats devraient craindre leur général encore plus que leur ennemi" (Essais)

Céline, et là, derrière moi sur l'étagère, nos auteurs sont ils les mêmes ? j'aime à le penser, moi ma rencontre avec Céline s'est faite en trois fois, à l'école, j'avais bien essayé, j'avais cru pouvoir lire un récit de voyage distrayant, la 2e fois lors de nos échanges littéraires et de livres avec mon père adoptif qui encore à ce jour me dirige vers des auteurs qui ne seraient pas les miens, mais je ne suis pas allé encore très loin.
Puis il y a eu Fabrice Luchini, ce fils d'immigré italien, il a découvert Céline à 17 ans, il a lu le livre d'un seul trait, ce qu'il lisait, non seulement il le comprenait, mais il le ressentait et l'avait déjà ressenti. Il en était sidéré. La prose de Céline lui permet de voir la pauvreté chez les pauvres comme chez les bourgeois. Sans jugement moral. Une sorte de cruauté de la vie.Dès lors Le Voyage ne l'a plus quitté. En promenade, dans le métro, chez les amis, partout, très vite il s'est mis à en apprendre par coeur des passages entiers. En s'immergeant dans Le Voyage au bout de la nuit trois ans après avoir péniblement obtenu son CAP, il a soudain pris conscience que la littérature ne se réduisait pas à une construction faite pour une classe sociale supérieure. Sa communion avec l'oeuvre de Céline, sa tendance à le citer a fini par se savoir, ont lui propose de le lire sur scène, après un 1e refus, il accepte sachant qu'il passerait vers 18h30 dans une petite salle, il se dit "a cette heure-là, il n'y aura personne". Il pensait jouer 10 fois or, çà sera plus de mille fois. un cadeau que ma fille chérie m'a fait, aller l'écouter, en sortant du spectacle nous étions sans parole, dans nos pensées, c'est leurs forces à Luchini et à Céline, arriver à nous faire "penser".

Écrit par : LADY CATHERINE | 05/05/2012

Coucou, c'est justement parce que je ne dis que l'essentiel que j'ai le temps de faire autant de beaux diaporamas et de coacher un nouveau blogueur qui pourtant "n'a pas grand chose à faire !"
mais tu l'auras aisément deviné : je suis "une perle" "rare"
bisous modestes
Christiane

Écrit par : Christiane | 05/05/2012

Il y a comme ça des jours où une autre personne partage ses pensées qui viennent conforter ce que l'on est, ce que l'on pense.

Pas plus tard qu'hier j'écoutais Céline s'exprimer sur une petite vidéo et je me disais "quelle finesse d'esprit et quelle capacité à s'élever au-dessus du plombage de la pensée communément admise!"

Quant à Montaigne, c'est évident. Cette pensée rejoint tous les avertissements philosophiques et religieux sur l'implication de chacun et le contrôle nécessaire de soi-même d'abord et avant tout.

Et s'il fallait te féliciter je pourrais même le faire sur la seule photo de Céline qui est à elle seule un trésor d'attitude.

Je te souhaite un très bon WE et Merci pour cette note. Monique

Écrit par : monique | 05/05/2012

"Il y a deux façons de se laisser corrompre en politique : la première, se laisser corrompre tout simplement; l'autre, fréquenter les politiciens."
Robert Brisebois - L'Amour c'est tout, le hasard c'est autre chose

Écrit par : Un petit coin de paradis | 05/05/2012

Un grand merci pour ta philosophie...de bon aloi, au moment on se dit :
Lequel est le meilleur, je vais m'y pencher de ce pas.

Bises
hélène

Écrit par : hélène | 05/05/2012

Autant la seconde phrase ne m'a pas posé de problème pour la comprendre et la faire mienne, autant la première est rebelle. Il faudra que je la mette à plat, la mâchouille, pour me persuader que la notion de risque interfère avec le choix fait pour devenir un loup pour l'autre.
L'exemple du tireur d'extrême droite norvégien ne cadre pas avec cette pensée de Céline. Est-il l'exception qui confirme la règle ?
Ou bien Céline ne pense qu'au ventre mou des foules entrainées par une harangue d'un sombre apprenti dictateur ??? Tu t'expliqueras peut être en développant ??

Christian

Écrit par : Christian | 05/05/2012

A Catherine
Vous avez eu beaucoup de chance de voir F. Luchini sur scène, avec les textes de Céline. Il est reconnu comme étant un des grands "spécialistes" de cet écrivain. Il l'aime et le vit tout simplement.
Moi, je reviens très régulièrement vers Céline quand j'ai le blues... C'est paradoxal, mais il met les mots sur ce que je ressens...

A Monique
Qui n'a pas lu Céline n'a rien lu ! et plus je le lis, plus je pense que c'est vrai.
Je me doutais que tu aimais ce génie...

A Christian
Difficile de te répondre en quelques mots. J'ai sorti cette phrase de son contexte, où son sens est bien plus évident. Si tu n'as pas lu "voyage au bout de nuit", c'est le moment! C'est pour moi un écrit majeur du XX siècle ( avec " L'étranger")

Écrit par : Serge ® | 05/05/2012

Ça vole trop haut! je suis pas au niveau!. Je vous laisse entre vous ( les grosses têtes).
Dommage j'aurais bien aimé faire partie de l'élite. Bonne soirée. Monique Ruiz

Écrit par : Monique Ruiz | 05/05/2012

Chère Monique R
L'énergie dépensée pour faire une grimace est la même que celle dépensée pour déployer un sourire. Autant sourire...
Quant à l"élite", je ne vois pas trop de quoi tu parles... s'il s'agit de lectures, chacun est libre de ses goûts et de ses choix, et ils sont éminemment respectables.
Je te rassure, je ne lis pas que Céline ou Camus, je dévore Moto-magazine, Ca m'intéresse, la Canard enchaîné, Marianne, et même le Figaro quand je visite ma belle-mère. C'est dire...
Bonne soirée à toi aussi et bien amicalement

Écrit par : Serge ® | 05/05/2012

C'est la deuxième citation qui me trotterait le plus dans la tête.
Demain j'irai voter malgré tout. Devoir de citoyen.

Tu es aussi de B.E. et nous devons habiter à quelques rues de distance sans doute.
Nous devons aussi nous fournir chez le même boulanger du Canal, et apercevoir le Pont Bleu tous les jours.

Bises de voisinages.

Écrit par : vent du sud | 06/05/2012

Un petit signe d'amitié en passant parce que je prétends toujours que les idées justes sont les coups de sagaie pour frayer le chemin.

Est-ce que ces deux citations ont participé à l'effort général ?

Je le crois.

Tu as la modestie de ne te définir ni comme poète ni sans doute comme ministre éventuel mais tu participes de cette joie qui paraissait parfois désespérément impossible à atteindre.

Bises et Bonne journée à toi. Monique C.

Écrit par : monique | 07/05/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique